L’agriculture de Haute-Garonne

Avec plus de 6000 exploitations agricoles, pour une surface agricole couvrant plus de 52% du département, la Haute-Garonne reste, malgré la forte pression d’urbanisation de la métropole toulousaine, un territoire à dominante rurale.

Un département aux paysages contrastés façonnés par les pratiques agricoles

La Haute-Garonne présente une grande diversité des productions agricoles, à l’image de ses paysages. Les céréales ou les oléagineux dominent dans le nord du département et sont progressivement remplacés par les cultures fourragères et les prairies pour l’élevage, lorsqu’on se rapproche des Pyrénées. Pyrénées où l’espace est utilisé différemment selon la saison, piste de ski en hiver, pâturages pour les troupeaux en été.

Dans les vallées se concentrent les terres irrigables, 16% de la surface agricole du département est irrigable et un quart des agriculteurs sont concernés.
Le maraichage est plus regroupé en périphérie toulousaine.

Les agriculteurs sont cependant de moins en moins nombreux, en 10 ans un quart des exploitations du département a disparu et parallèlement les exploitations restantes se sont agrandies, atteignant 52 hectares en moyenne. Pour lutter contre cette tendance nationale, le Conseil départemental intervient pour favoriser les installations.

Des productions agricoles de qualité

Des productions sous Signes d’Identification de la Qualité et de l’Origine (SIQO) telles que l’Appellation d’Origine Contrôlée AOC Vin du Frontonnais ou les labels rouges « Agneau sélection des bergers », ou « Veau sous la mère » apportent une valeur ajoutée aux exploitations du département.

« L’Ail violet de Cadours » a obtenu sa labellisation en AOC en 2015 et une démarche est en cours pour celle de « l’Agneau des Pyrénées » sous IGP (Indication Géographique Protégée).

Une agriculture biologique en plein essor

Par ailleurs l’agriculture biologique (AB) est en fort développement : le nombre d’exploitations en conversion vers l’agriculture biologique ou déjà certifiées en agriculture biologique a été multiplié par 3 depuis 2000.

Des circuits de proximité à développer 

Une exploitation sur 5 valorise sa production par la commercialisation en circuits courts (directement du producteur au consommateur ou avec un intermédiaire maximum). Les produits les plus vendus par les agriculteurs du département sont la viande et les légumes.